Mnamon

Les écritures anciennes de la Méditerranée

Guide critique des ressources électroniques

Ammonite

- IXe - VIe siècle av. J.-C.


Exemples d’écritures



Inscription de la citadelle de Rabbat Ammon (IXe s. av. J.-C.)

Inscription de la citadelle de Rabbat Ammon (IXe s. av. J.-C.)

l. 1: M]LKM BNH LK MB′T SBBT [

l. 2: ] KKL MSBB ‘LK MT YMTN [

l. 3: ] KD ′KD[.] WKL M‘R[.]B [

l. 4: ] WBKL S[D]RT YLNN DḲ[M

l. 5:  D]L TDLT BDLT BN KBH [TKBH

l. 6: ]H TŠT‘ BBN ′LM [

l. 7: ]WŠLWH WN[...]

l. 8: ] ŠLM LK WŠ[

 

"M]ilkon t’a construit {ou bien: “… Milkon: ‘Construis-toi’} les entrées tout autour [ [

] car quiconque te presse de tout côté certainement périra [

] bien sûr je détruirai, et quiconque s’agitera [

] entre toutes les colonnes se tiendront les justes [

] tu accrocheras {ou bien: sera accroché} aux portes intérieures. Toi, sûrement [tu anéantiras

] tu seras craint parmi les dieux [

] et sécurité et … [

] paix à toi et … ["

 

Retrouvée peut-être au milieu des années 60 du siècle dernier dans la citadelle d’Amman, capitale de l’actuelle Jordanie et ancienne capitale du royaume d’Ammon, cette inscription mentionne les parties d’un édifice et semble prendre à certains endroits un ton et des accents punitifs. Ces caractéristiques autorisent à l’interpréter comme une inscription monumentale pour la dédicace d’une construction (un temple? la citadelle fortifiée elle-même?), rédigée selon les canons du genre en vogue au Proche Orient dans l’antiquité. Selon un autre courant d’interprétation, il pourrait s’agir de la transcription d’un oracle rendu par Milkom lui-même, le dieu "national" des Ammonites, adressé probablement au roi en personne. Selon cette hypothèse, le dieu, par l’intermédiaire d’un homme, aurait promis au roi de le protéger et de le sauver de ses ennemis, selon des modalités en vigueur dans toute la littérautre prophétique orientale; après quoi, ce dernier, une fois la victoire assurée et les promesses avérées, en faisant ériger et dédier un monument commémoratif, aurait fait insérer dans l’inscription d’accompagement une mention sur les faits et les paroles que le dieu lui avait adressées. Si cela était vrai, avant le nom du dieu, alla l. 1, on pourrait intégrer quelque chose comme "ainsi parle/a parlé" ou "oracle/parole de".



Exemple d’écriture



Exemple d’écriture